CHAMPIONNAT DU MONDE

 

Le vendredi 7 septembre départ de l’aéroport de Nantes direction GoldCoast en Australie pour mon 1er championnat du monde !
c’est parti pour un voyage de 30 h avec plusieurs escales : Nantes –Paris puis Paris-Dubai pour finir par Dubai-Brisbane.

AIIIE

Nous arrivons donc en Australie dimanche matin, mais SURPRISE, sans nos bagages. Il faudra attendre lundi pour recevoir, au compte goutte, quelques pièces puis la totalité de nos bagages en fin d’apres midi. Et Re SURPRISE : mon coffre de toit ou j’avais soigneusement rangé le handbike et le fauteuil de course arrive cassé, avec une partie du handbike qui sort du coffre.


GROSSE PANIQUE : je m’explique, lorsque j’ai appris ma sélection au championnat du monde, j’ai emprunté à un ami un handbike en carbone, afin d’avoir le même matériel que les filles dans ma catégorie. En effet le handbike que je possède est en aluminum et il commence à se faire vieux. Et donc pour une telle course, un matériel plus performant était nécessaire et ce handbike avec capteur de puissance intégré, vitesse électrique DI2 etc… coûte beaucoup trop cher aujourd’hui pour que j’arrive à me le payer, d’où l’emprunt !
Imaginez donc la panique lorsque je vois le handbike, qui ne m’appartient pas sorti de la caisse, mais heureusement plus de peur que de mal, le matériel est en bon état, je me concentre donc sur la compet ‘ qui arrive  à grand pas et laisse la caisse de cote, décidant donc de penser à la réparation de la caisse qu’après la course !

Bizarrement, je ne souffre pas de décalage horaire, je dors super bien dès mon arrivée, l’ambiance au sein du groupe est détendue tout le monde est de bonne humeur, je suis confiante, et j’ai hâte d’en découdre.
Image may contain: 1 person, sky and outdoor

« Petit » ^^   compte rendu de ma course :
comme d’habitude je pars 3 minutes et 58 secondes derrière mes concurrentes (du fait de la « légèreté  » de mon handicap par rapport au handicap des filles de la même catégorie).
Néanmoins à la sortie de l’eau et après une transition » express » avec mon handler du jour : Sébastien Poulet (que je remercie au passage) je pars pour mes 4 tours (20km) de handbike à la 5eme place. 
Au 2ème tour je me fais doubler par une Américaine et une Espagnole.
Grâce aux encouragements du staff de la Fédération Française de Triathlon(que je remercie également au passage ) j’accélère et j’arrive à doubler mes concurrentes que j’avais toujours en ligne de mire.
Lorsque je dépose le handbike, je vois la Néerlandaise qui vient d’arriver et qui grimpe dans son fauteuil d’athlétisme. Je fais de même, mais avec mon handler de choc, je fais une superbe transition (voir temps en T2 sur la photo ) et je pars en fauteuil de course en 4ème position. 
Place que je garde jusqu’à la ligne d’arrivée. ➡️ 
Autant dire que je suis ravie, puisqu’il s’agit de mon premier championnat du monde.
Sur cette grande finale du championnat du monde j‘arrive à dépasser les concurrentes que j’ai eu lors du championnat d’Europe en juillet dernier. C’est donc une belle revanche pour moi.
No automatic alt text available.
Je me rapproche également des trois meilleures ParaTriathletes au monde.

Je suis maintenant de retour à Nantes, bonne nouvelle, la réparation de la caisse a tenu le coup ! 
Je garde un très bon souvenir de l’Australie non seulement grâce à ma 4ème place au championnat du monde, j’ai encore du mal à réaliser 
Pour une fois, nous avons pu, après la compétition, prendre du temps pour aller rendre visite à quelques bébêtes locales: koala, wallabies et kangourous.

Je vais clôturer ma saison par : Triathlon Audencia La Baule dimanche 23 septembre. Cela va faire du bien de participer à un triathlon dans la région avec les copains et copines de mon club : le st herblain triathlon.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *